Objectifs

En route pour les élections du 18 octobre ! Présentation de ma candidature aux Vaudois : pdf (733Ko)

Avec le soutien du Chablais: le message d'une cinquantaine de signataires: pdf (2.33 Mo)

S'il fallait n'en retenir que quatre, voici les thèmes prioritaires pour lesquels je m'engage:

 

Autonomie à tous les échelons
L'excès de centralisation prive les régions, communes et cantons de l'oxygène nécessaire à leur essor. Les trois échelons qui constituent l'organisation politique de la Suisse représentent un facteur d'équilibrage. Il serait vain de tout concentrer sur l'un d'entre eux, au détriment des deux autres. On le voit avec les effets collatéraux de la LAT et de la Lex Weber : lorsque les entités locales ou régionales n'ont pas de marge de manoeuvre ou ne disposent pas de mesures d'adaptation, on en arrive à subir des distorsions qui vont à l'encontre du but souhaité. Si nous ne respectons pas les singularités des régions, nous nous imposeront un modèle qui mène à l'impasse.

 

Sécurité pour tous
L'impuissance face à la criminalité en général est inacceptable. En particulier concernant l'augmentation du trafic de drogue. Trop souvent le discours résigné, tant de la part de la police que de la justice domine alors que les dealers courent toujours. Le marché de la drogue n'est pas une fatalité. Sur d'autres plans, l'intervention conjuguée des moyens policiers et juridiques ont amené de véritables changements de comportements : pour faire respecter le code de la route, par exemple, on a réellement mis les moyens et la pression sur les usagers de la route. Cela a porté ses fruits. J'en appelle à une réelle mise en oeuvre de moyens de lutte contre le trafic de drogue qui défigure certains quartiers des villes et des bourgs.
Au niveau national, la sécurité s'inscrit dans une défense militaire crédible et indispensable, la Suisse coopérant avec L'OTAN dans le cadre du Partenariat pour la paix et du Conseil de Partenariat euro-atlantique.

 

Pour des agglomérations fortes
Les régions périphériques ont de la peine à faire entendre leur voix car bien souvent les intérêts rivaux ont tendance à l'emporter sur toute vision commune. En osant mettre en commun leur destin au sein d'une agglomération, les entités d'une même région tissent une identité plus forte, plus réactive, capable de générer des énergies pour avancer ensemble plutôt qu'en ordre dispersé. Je plaide pour des agglomérations fortes : les projets de 3e génération que la Confédération doit prochainement examiner contribuent à apporter des solutions globales en termes d'urbanisme et de transport.
Au niveau régional, des projets rassembleurs, à l'image de ce qui s'est mis en place entre les neuf communes partenaires d'Alpes vaudoises 2020, apportent également des réponses concrètes: développement d'un tourisme concerté entre stations et adapté aux quatre saisons.

 

Economie compétitive
Les entreprises ont un cycle de vie : quand l'une d'entre elle disparaît, combien d'autres surgissent et se développent ? La meilleure manière de ne pas commettre d'erreur en terme de soutien à l'économie, c'est de laisser jouer la compétitivité. Le potentiel doit venir des entrepreneurs eux-mêmes, pas des interventions de l'Etat. Tout au plus, la mission de celui-ci, telle que je la conçois, consiste à accompagner les transitions par des mesures limitées dans le temps afin de ne pas diluer les effets bénéfiques de la concurrence. Dans une économie désormais globalisée, l'Etat a la responsabilité de fixer un cadre afin que les protections élémentaires soient garanties. Le système des conventions collectives de travail, tel que nous le connaissons en Suisse, mérite d'être soutenu.